L’énergie de votre région

Peut-on distinguer différents types d’électricité ? Impossible, elle est strictement identique et fait fonctionner vos appareils de la même manière. La différence ne réside pas lors de consommation, mais lors de la production. Et là, elle peut être énorme et avoir un impact important sur notre environnement et l’économie régionale. Comme pour les fruits et légumes, un achat local est aussi une possibilité qui s’offre à nous tous, friands d’énergie électrique au quotidien, pour avoir un comportement responsable.

A l’instar de la Suisse, nos régions recèlent de belles opportunités de production d’électricité d’origine renouvelable. La force de l’eau déjà bien présente dans notre pays a été rejointe ces dernières années par l’énergie du soleil qui n’a plus rien d’anecdotique sous nos latitudes. Contrairement aux énergies fossiles, elles présentent l’avantage de ne pas épuiser les ressources naturelles et ne contribuent pas au changement climatique. Elles nous libèrent également des contraintes que représente l’énergie nucléaire, à court ou très long terme.

De l'eau de là-haut

De l’eau de là-haut


La production d’électricité au moyen de la force de l’eau est intimement liée à l’histoire de notre pays depuis plus d’un siècle et figure parmi les sources de sa prospérité. La topographie de nos régions ainsi que les précipitations – pluie et neige – ont permis de développer la force hydroélectrique. Il faut souligner le courage et la volonté des pionniers qui ont bâti des installations dont nous récoltons les fruits encore aujourd’hui. Les centrales hydroélectriques fournissent une énergie renouvelable tout en étant respectueuses de l’environnement. Certes, leur impact n’est pas anodin sur la faune et la flore, mais Groupe E et les autorités cantonales planifient et mettent en place des mesures pour réduire les atteintes engendrées.

La Sarine en exemple

La Sarine en exemple


En 1904 déjà, un concept d’utilisation par paliers de la force de la Sarine a été élaboré par un ingénieur visionnaire, Hans Maurer. Au fil du XXe siècle, un réseau de centrales a été construit, complété jusqu’à la fin des années 90. Aujourd’hui, grâce aux nouvelles technologies, cet ensemble se pilote comme un seul ouvrage capable de fournir une puissance maximale de 200 MW. Des installations de cette ampleur demandent des investissements réguliers, tant pour garantir l’approvisionnement que pour s’intégrer toujours plus harmonieusement dans la nature. Par exemple, le barrage de la Maigrauge a été entièrement réhabilité et équipé d’un des plus grands ascenseurs à poissons de Suisse dès 2005. Quant au barrage de Montsalvens, il a été équipé d’une centrale de dotation en 2013 qui permet de laisser filer encore plus d’eau dans la rivière en aval de la retenue.

Partie du paysage

Partie du paysage


Artificiel de naissance, le lac de la Gruyère a conquis son statut de joyau naturel dans le paysage. Il fait le bonheur des habitants et des touristes pour de nombreuses formes de loisirs. Plus en aval, le lac de Pérolles, au pied de la ville de Fribourg, a même obtenu le statut de réserve naturelle d’importance nationale depuis plus de trente ans. Ses milieux naturels très variés – en particulier les roselières formées par l’ensablement du lac – recèlent une flore très riche et abritent une centaine d’espèces d’oiseaux nicheurs et migrateurs. D’imposantes constructions humaines deviennent ainsi sources de beauté et de vie.

La force de l’eau potable

La force de l’eau potable


Dès qu’il y a une différence de niveau suffisamment importante, la force en présence peut être exploitée pour produire de l’électricité. C’est le cas dans certains réseaux d’eau potable de notre région préalpine. A Granvillard, Haut-Intyamon et Château-d’Oex, de mini-centrales hydrauliques génèrent du courant vert, tout en préservant toutes les qualités de l’eau potable.

Sous le soleil

Sous le soleil


Les panneaux solaires font désormais partie du paysage de nos régions. Rien que sur l’aire de desserte de Groupe E, les installations photovoltaïques représentent une puissance installée de près de 194 MWc à fin 2019. De la petite installation d’une dizaine de m2 sur une maison individuelle à l’une des plus grandes centrales de Suisse à Payerne avec 38'000 m2, le développement de cette source d’énergie est en plein essor. Les installations solaires se déploient davantage en campagne que dans les villes. Le réseau électrique géré par Groupe E en est un bel exemple : on y trouve 5 fois plus de producteurs décentralisés que chez un distributeur d’une grande ville. Or, la consommation reste bien plus forte dans les milieux urbains. Depuis leur création, les réseaux de distribution électriques sont dimensionnés pour la consommation. Pour les réseaux de campagne, il s’agit désormais de changer de sens : la production devient de plus en plus souvent le critère déterminant.

D’autres énergies renouvelables

D’autres énergies renouvelables


Les déchets ménagers ne sont pas considérés comme renouvelables, évidemment. C’est par contre le cas pour la chaleur et l’électricité produites lors de leur incinération grâce à la récupération de l’énergie qui serait sans cela de toute façon perdue. Depuis 2001, l’usine d’incinération de Posieux (FR) injecte sur le réseau de l’électricité en valorisant les déchets de toute la région. Enfin, les cantons de Fribourg et de Neuchâtel ont un potentiel intéressant dans le domaine de l’énergie éolienne. Plusieurs projets sont en cours et pourraient être réalisés dans les prochaines années, complétant avantageusement l’approvisionnement local.

Transition énergétique et autonomie

Transition énergétique et autonomie


Dans le cadre de la stratégie énergétique 2050 de la Confédération, l’hydraulique locale et les nouvelles énergies renouvelables comme le solaire et l’éolien occupent une place de choix. Les arguments écologiques pèsent lourds, mais il ne faut pas négliger l’importance d’une indépendance énergétique de notre pays. Mettre en valeur les ressources régionales d’une manière judicieuse et responsable, en conciliant les attentes en énergie des consommateurs et la préservation de la nature, c’est se préparer un avenir de qualité, pour nous et nos enfants.